Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11.11.2012

ARTICLES à propos de l'oeuvre de MICHEL CAND

Cinq livres de Michel Cand ont été publiés à ce jour : quatre de Poésie et un Essai sur la sculpture. Suivent les liens vers les articles à propos des livres et des sculptures... 


 

...Essai sur la sculpture

LAPIDAIRE : de la sculpture, vite ! de Michel Candcand,michel cand,poesie,poeme,ecriture,cosmologie interne,psoriasis de l'eternite,philippe bluzot,pierre clavilier,editions rafael de surtiscand,michel cand,poesie,poeme,ecriture,cosmologie interne,psoriasis de l'eternite,philippe bluzot,pierre clavilier,editions rafael de surtis

Préface de Pierre Clavilier

Photo de couverture de Jean-Pierre Royer

Essai sur la sculpture, 189 chapitres, 280 pages

Editions Rafael de Surtis, 2012

ISBN 978-2-84672-308-4


 

Extait de la Préface de l'historien Pierre Clavilier :

" Loin d’être La sculpture pour les nuls, l’œuvre que nous propose Michel Cand est une encyclopédie sur cet art majeur, mais une encyclopédie qui, loin de nous ennuyer, nous divertit et se laisse consommer sans modération. "


 

...Trilogie poétique

La trilogie PSORIASIS DE L'ETERNITE :cand,michel cand,poesie,psoriasis de l'eternite,editions rafael de surtis

 

Psoriasis de l'éternité : ELEVATION, de Michel Cand

Editions Rafael de Surtis, 2010

ISBN 978-2-84672-228-5cand,michel cand,poesie,psoriasis de l'eternite,editions rafael de surtis

 

Psoriasis de l'éternité : EBULLITION, de Michel Cand

Editions Rafael de Surtis, 2011

ISBN 978-2-84672-238-4cand,michel cand,poesie,psoriasis de l'eternite,editions rafael de surtis

 

Psoriasis de l'éternité : EVACUATION, de Michel Cand

Editions Rafael de Surtis, 2011

ISBN 978-2-84672-24960

 

 

 A propos de PSORIASIS DE L'ÉTERNITÉ : ÉLÉVATION, Dominique Gabriel Nourry a écrit dans le blog d'ici dance :

" J'aurai toujours grand plaisir à porter ces textes, d'une grande rigueur et d'une grande limpidité, proches des meilleurs poèmes de Vian et de Prévert. C'est ce qu'il faut offrir au public pour lui rendre enfin le goût de la Beauté, de la Liberté et de l'Humanité. "

 

A propos de PSORIASIS DE L'ÉTERNITÉ : ÉBULLITION, voici un extrait d'un article d'Alexandre Arribas publié en intégral dans ce blog :

" Psoriasis de l’éternité : Ebullition a été depuis lors un petit bouquin qui s’est promené pendant des jours et des jours sur mon bureau. Je l’ai lu, l’ai feuilleté, l’ai tripoté. Il est composé de deux-cent soixante-huit petits poèmes libres, dont la caractéristique est d’être paradoxaux. Paradoxaux dans le sens qu’ils formulent des expressions apparemment contradictoires, et qu’ils vont à contre-courant des idées reçues. "

 

A propos de la trilogie PSORIASIS DE L'ÉTERNITÉ, Rémy Boyer a écrit dans les blogs Incoherism et La lettre du crocodile :

" La puissance de l’œuvre de Michel Cand tient tant à sa pensée en perspective, plongeant dans l’abîme pour aussitôt resurgir à plus haut sens, inattendue, qu’à son écriture qui en quelques mots peut donner l’expérience d’un monde, d’une vie, d’une mort. "


 

...Poésie

COSMOLOGIE INTERNE, de Michel Candcand,michel cand,poesie,cosmologie interne,philippe bluzot,pierre clavilier,editions rafael de surtis

 Illustration de Philippe Bluzot

 Préface de Pierre Clavilier

Editions Rafael de Surtis, 2008

ISBN 978-2-84672-141-7

 


Extrait de la Préface de Pierre Clavilier :

" Michel Cand sculpte les mots comme il travaille le minéral, avec une rigueur faite de souplesse et de discression. Comme des étincelles, ses poèmes constitués de transparences lumineuses offrent à ses lecteurs des éclats de lire qui le renvoient à lui-même pour lui révéler ses vérités, ses forces et ses faiblesses. "

 

(Voir album)

 

Les autres publications de Michel Cand se trouvent dans la rubrique PETITES PUBLICATIONS.

 

 

 

 

 ...ARTICLES sur l'oeuvre de Michel Cand 

Voici les liens vers les ARTICLES à propos des oeuvres de MICHEL CAND...

ARTICLES de :

290820113677.jpg 

     Alexandre ARRIBAS

      Ecrivain 

         Psoriasis de l'Eternité

 772533361.3[1].jpg

     Régis BOYER (Incoherism et La lettre du crocodile)

     Ecrivain et critique 

          Lapidaire : de la sculpture, vite !

          Psoriasis de l'Eternité

 480619_437464579620586_1662134757_n.jpg

     Aymar Yaovi CAKPO-BESSE

      Pédagogue 

         Psoriasis de l'Eternité

 

     Marie-Josée CHRISTIEN (Spered Gouez)m-j chr.jpg

     Poétesse et directrice de revue 

          Psoriasis de l'Eternité 

 

     Pierre CLAVILIER  (Rafael de Surtis et Pierre Clavilier)

     Historien et poète DSCN0340.JPG

          Cosmologie Interne

          Lapidaire : de la sculpture, vite !

 

     Lionel LABOSSE (Altersexualité)expo 2012 196.JPG

     Ecrivain et critique 

          Psoriasis de l'Eternité

          Lapidaire : de la sculpture, vite !

 

     Bernard LEFORTP1030338.JPG

      Ecrivain et journaliste 

         Sculptures

 

      Sylvain MONCEAUmichel cand,m cand,psoriasis de l'eternite,psoriasis,elevation,ebullition,evacuation,lapidaire,lapidaire de la sculpture vite,cosmologie interne,cosmologie,sculptures,alexandre arribas,regis boyer,aymar yaovi cakpo-besse,marie-josee christien,pierre clavilier,bernard lefort,dominique gabriel nourry,ouest france,gerard paris

      Lecteur et manager

      Lapidaire : de la sculpture, vite !

 

     Dominique Gabriel NOURRY (D'ici Dance)DSCN0305.JPG

     Poète et comédien 

        Psoriasis de l'Eternité

 

     Ouest Francelogo_ouestfrancefr[1].png

          Psoriasis de l'Eternité

 

     Gérard PARIS (Temporel)201205194fb710b3c7599-0-192044[1].jpg

     Critique 

          Cosmologie Interne

 

 

07.11.2012

3 articles à propos de COSMOLOGIE INTERNE et le frontispice

 ...Poésie

COSMOLOGIE INTERNE, de Michel Candcand,michel cand,poesie,cosmologie interne,philippe bluzot,pierre clavilier,editions rafael de surtis

Illustration de Philippe Bluzot

Préface de Pierre Clavilier

Editions Rafael de Surtis, 2008

ISBN 978-2-84672-141-7


 

...Préface de PIERRE CLAVILIER

Historien et poète, Pierre Clavilier est l'auteur de : Palabras de fuego/Mots de feu, éditions El taller del poeta, poésie bilingue, 2012 ; Frida Kahlo, les ailes froissées, éditions du Jasmin, 2006 ; La Course contre la Honte : l'histoire de l'abolition de la peine de mort, éditions Tribord, 2006 ; De vent et de pierres, éditions Bérénice, poésie, 2005 ; Un siècle d'Humanité (1904-2004), éditions Le cherche midi, 2004. Et en langue espagnole : El rey del país de Nishadhas, Linares editores, Mexico, 2004. Le blog Pierre Clavilier présente son oeuvre. Les blogs Frida Kahlo et Pablo Neruda présentent d'autres facettes de ses activités littéraires, celles d'un biographe passionné.

Voici ci-dessous la Préface que Pierre Clavilier a écrit pour Cosmologie Interne et qui a été publiée en mai 2008 par les Editions Rafael de Surtis :

 

PREFACE (mars 2008)

Homme de culture, Michel Cand est aussi un passeur. Pour la 060820101058.jpgplus grande joie de tous, il organise, ici et là, des concerts, des lectures publiques ou encore des expositions collectives tant pour ses amis les artistes que pour les visiteurs. Il porte les arts là où on ne l'attend pas forcément : au pied d'immeubles de banlieue fourmillante de populations venues des quatre coins de la planète par exemple ou encore dans les jardins d'une église située à deux enjambées des Invalides.

Sculpteur, Michel expose à Paris, en Normandie, en Picardie, etc. Il est aussi un grand amateur de ceux qui l'ont précédé dans cet art et des artistes qui lui sont contemporains.

Grand lecteur, Michel Cand sculpte les mots comme il travaille le minéral, avec une rigueur faite de souplesse et de discrétion. Comme des étincelles, ses poèmes constitués de transparences lumineuses offrent à ses lecteurs des éclats de lire qui le renvoient à lui-même pour lui révéler ses vérités, ses forces et ses faiblesses.

Derrière son humour souvent corrosif Cand cache un océan de connaissances car, s'il donne à savoir, l'une de ses principales activités reste de découvrir. Assoiffé de découvertes, il va vers l'autre, celui qui par ses différences lui dira qu'il existe autant de façon d'aborder l'existence, qu'il y a de vies. A la manière des pionniers, il découvre les cultures du monde, le Vietnam, l'Inde, la Suède, l'Estonie, le Tibet, le Burkina Faso, le Bénin, etc.

S'il avait vécu au siècle des Lumières, il aurait fait partie des encyclopédistes. S'il avait vécu au XVIème siècle, il aurait été l'ami de Rabelais et de tous les humanistes.

S'il existe aujourd'hui encore des chercheurs d'or qui espèrent faire fortune, Michel Cand est chercheur d'humanité sachant que la seule qui vaille est celle née du génie humain. La lecture de ce texte en est la preuve manifeste.

Pierre Clavilier

 

Michel Cand tient à remercier Pierre Clavilier d'avoir accepté d'écrire une préface pour la première publication d'un poète inconnu. En plus, quelle préface !... Depuis Michel Cand a les chevilles qui enflent...

 

 

...Article de PIERRE CLAVILIER 

 L'article suivant est extrait d'un autre blog Pierre Clavilier.

CONSEIL (juin 2008)

Michel Cand, que certains connaissent comme sculpteur, vient de publier pierre clavilier,cosmologie interneson premier recueil de poésie, Cosmologie Interne aux éditions Rafaél de Surtis. L’illustration de Philippe Bluzot entre en écho avec les mots du poète. J’ai l’immense privilège d’être le préfacier de ce bel ouvrage aussi, c’est en toute connaissance de cause que je peux vous recommander la lecture de ce livre.

Vous y découvrirez une poésie épurée où les mots sont mis en valeur. La force qui se dégage de chacune des strophes, qui se répondent toutes entre elles, m’a souvent laissé rêveur. C’est si rare de rencontrer un si bel équilibre dans ce genre littéraire qui sollicite, de celui qui s’y exerce, une rigueur absolue pleine de délicatesses et de pertinences.

Et puis, il y a le choix de Cand de valoir d’un registre simple. Une simplicité qui fluidifie les vers et les renforce dans un même temps. « Le ressac de la lumière / te laisse pensant dans l’ombre. »

En lisant Cosmologie Interne, non seulement vous découvrirez un poète dès son premier recueil, ce qui de nos jours est exceptionnel, mais en plus vous aurez dans votre bibliothèque, pour une somme modique, un objet de toute beauté fabriqué artisanalement. La sobriété de la maquette du livre, la qualité du papier qui le constitue semblent un écrin idéal pour recevoir les vers de Michel Cand.

Chers amis, soyez donc les premiers à découvrir ce poète et faite-le donc découvrir à vos amis, ils ne vous en tiendront jamais rigueur, au contraire, ils vous en remercieront indéfiniment.

Pierre Clavilier

 

  

...Article de GERARD PARIS 

Ecrivain avec Fragments 1, Fragments 2, Fragments 3 aux éditions La Porte, et critique, Gérard Paris a publié cet article en 2009. Il collabore régulièrement à la revue Temporel, où il écrit notamment ses Notes de lecture.

 

NOTES DE LECTURE

Ta feuille irradiéecand,michel cand,cosmologie,cosmologie interne,pierre clavilier,regis boyer,philippe bluzot,temporel,frontispice,gerard paris

de l'implosion de l'impossible

Illustré par Philippe Bluzot, préfacé par Pierre Clavilier, ce recueil oscille entre les cheminements éclairs des atomes de pensées et le clapotis assourdissant des pressentiments étouffés.

Michel Cand " scultpte les mots comme il travaille le minéral ", il marie le ressac de la lumière avec les désirs lames de fond.

De l'étendue abyssale aux effluves sourdes ou aux vertiges lascifs, c'est un va-et-vient permanent entre le cosmos et la nuit interne :

La profondeur du zénith

blesse ta conscience

qui se love amoureusement

vers les insaisissables

Cerné entre le déferlement d'étoiles et les vastes aplats du souffle, le poète est accablé de tourbillons, de basculements, d'effritements :

Dispersion de semences

de paroles prodigieuses

dans l'espace muet

Entre l'enchevêtrement des écumes de la nuit et l'attente feutrée, Michel Cand appréhende le non-dit avec, comme seul viatique, les souffles :

Seuls demeurent dans le cahotique

les souffles ascendants

des enchantements.

Gérard Paris

 

 

...Frontispice de PHILIPPE BLUZOT pour COSMOLOGIE INTERNE

ILLUSTRATION de PHILIPPE BLUZOT pour COSMOLOGIE INTERNEphilippe bluzot,plages,samagra

 

Philippe Bluzot a créé l'illustration de Cosmologie Interne de Michel Cand, qui a été publiée en juin 2008 par les Editions Rafael de Surtis.

Ce dessin au fusain, mystérieux et fascinant, constitue le frontispice des soixante-cinq poèmes qui composent le recueil.

 

27.08.2012

PETITES PUBLICATIONS

 Outre les cinq publications qui se trouvent dans la rubrique ...à propos DES LIVRES..., d'autres textes de Michel Cand, moins ambitieux, ont été publiés :

. un essai sur l'oeuvre de la plasticienne Catherine Lhuissier ;

. un essai sur les peintures de Philippe Bluzot ;

. une préface au recueil de poésie de Frédéric Vitiello ;

. une postface au recueil de poésie de Pierre Clavilier ;

. une quatrième de couverture aux chroniques intimes de Catherine Chantilly...

 

 ...ATTRAPE-MEMOIRES / PROFONDEURS

Parution de la monographieactualite,michel cand,m cand,actualite litteraire,actualite sculpture

ATTRAPE-MÉMOIRES de Catherine Lhuissier / PROFONDEURS de Michel Cand

Coll. Mémoire d’Éléphant

 

Essai de Michel CAND sur l'oeuvre récente de la plasticienne Catherine LHUISSIER

 

 

...Essai sur les peintures de Philippe Bluzot

Les peintures de Philippe Bluzot sont visibles dans des galeries parisiennes et londonniennes, et plus immédiatement sur son blog. Michel Cand lui a consacré un court essai, né de longues conversations, publié chez Samagra, dans Bluzot, plages. Le voici :

 

 PHILIPPE BLUZOT, LA SENSATION COLOREE

 " Je peins pour rendre, non les êtres, même fictifs, non leurs formes, même insolites, mais leurs lignes de force, leurs élans. Pour montrer aussi les rythmes de la vie, et si c’est possible, les vibrations mêmes de l’esprit. " Henri Michaux

 

Les Plages de Philippe Bluzot sont inondées de img008.jpgcouleurs douces, de lumière, d’espace, mais c’est le regardeur qui est envahi d’espace, de lumière, de couleurs vives, apaisées par la lumière elle-même, qui crée comme une distance…

 Un souvenir ? Une réminiscence ? Un ailleurs ? En tout cas un certain mystère, qui crée comme une magie, qui fait qu’il s’y sent bien ! Sensation rare, précieuse.

 Philippe Bluzot part de photographies. Mais pas toujours. Photographies qu’il prend lui-même, « comme un carnet de croquis », dit-il. Il ne cherche pas, il capte ce qu’il y a autour de lui. Le sujet importe peu finalement : il s’agit bien de peinture. « La photo est un catalyseur ». Il regarde beaucoup de ses photos, il laisse décanter, jusqu’à ce qu’une lui donne « le désir de la matérialiser sur la toile ». Choix inconscient : celle qui reste dans sa tête, qui lui donne envie de « la vivre par la peinture ». Puiser dans la réalité vécue. Dans le quotidien. Dans son temps. Comme Rembrandt ou Manet.

 La photographie lui donne le lieu : « Je cherche des lieux dans lesquels je me sens bien ». Et au-delà du lieu, c’est l’évasion, c’est sortir de son environnement immédiat, c’est « ouvrir des portes par lesquels on peut s’évader de notre conformisme mental » ; de nos limites. C’est revenir dans un lieu qu’il a fréquenté, mais par l’imaginaire. Il s’agit de « reconstruire un espace mental par les infinies possibilités qu’offre la peinture ».

 Matérialiser une photographie sur la toile, c’est la métamorphoser. C’est « dégager des forces latentes des clichés, mais qui n’y sont pas visibles ». La photographie en tant que support d’un possible. « La photo est un tremplin. »

 Alors Philippe Bluzot « convoque toile, pinceaux, matières colorantes », et revient « dans la réalité qu’est la matière de la peinture ». Peinture à l’huile sur toile. Il « construit sa palette ».

 Peint-on une plage comme on raconte une histoire ? Non. C’est d’abord « installer un chaos de couleurs. ». Puis c’est « construire, réorganiser, délocaliser les couleurs de leur fonction figurative ». Avec toute la force de la couleur. Et poser l’espace et rentrer dans l’espace, « espace métamorphosé par les rapprochements de couleurs », dans un rapport dialectique , comme dans « un ping-pong de couleurs ». Enchaînements chromatiques au profit de la couleur. En regardant telle toile, oh surprise, le sable est bleu ! Transposition. « Ce que je fais est plus abstrait que figuratif finalement. » Et « les matières colorées sont suffisamment fortes pour amener vers d’autres possibles ».

 Cet ancien élève de l’Ecole Boulle qui se prétend autodidacte a amassé un philippe bluzot,plages,samagraimpressionnant dispositif technique au fil des ans, grâce à sa forte culture picturale et son inlassable travail. Notamment grâce à ce qu’il appelle ironiquement ses « tableaux martyres ». Ce sont les toiles achevées, jamais exposées parce qu’il n’y a pas trouvé d’ « événement », de « mystère » ; de magie.

 C’est sur eux qu’il essaie les nouvelles techniques issues de ses recherches, pour trouver d’autres solutions, pour « explorer des sentiers nouveaux », non en termes narratifs, mais « en termes picturaux ». Ce sont les tentatives, les prises de risques, les études, qui restent dans son atelier. Mais pas au fond de l’atelier : souvent revues, disséquées, reprises. Pour connaître les matériaux, les devenirs, les improbables, les limites. Pour « susciter des accidents ». Pour « entraîner dans d’autres champs perceptifs ». Ce sont les utilisations de larges brosses sèches sur la peinture demi-sèche traitée au pinceau, pour « faire migrer la couleur » ; d’une gestuelle pour « développer une écriture » dans les couleurs ; d’enlèvement de matière pour « creuser l’espace, créer des profondeurs » ; de glacis pour « diffuser de la lumière »… Pinceaux, brosses, chiffons, éponges, doigts… « Il y a toujours à découvrir car je ne suis pas enfermé dans une manière. » Oser les « interférences de couleurs », oser le flou, oser. « La peinture me fait aller plus loin que ce que j’imaginais au départ. » Non sans doutes, non sans angoisses, non sans bagarres. « Vais-je m’en sortir ? », se demande-t-il à chaque toile.

 Et la distance avec l’image est faite : nous sommes bien dans la peinture.

 « Alchimie de la matière, mystérieuse. »Mais ce travail de la matière picturale n’est pas mené que pour lui-même. En effet, il faut qu’il se passe quelque chose dans un tableau, « un événement qui fasse sens ».

 Mais quel sens ? « Impossible à dire. Mais un tableau doit passer par là. » A travers l’interaction des couleurs, les événements picturaux, les reconstructions, les signes, les creusements, les glissements, les jeux de brosse, les gestuelles, c’est créer « une vibration, de l’onirique, du flottant ». Tout en ayant « de la densité, du poids ».

 C’est aussi installer un voile de lumière, une épaisseur transparente, de manière à « créer une distance ». Et tout cela afin de « rendre sensible, intelligible ».

 Mais qu’est-ce qui fait que cela fonctionne à un moment ? C’est « créer une philippe bluzot,plages,samagraprésence » dans le thème, et ce au moyen d’une « sensation colorante », qui devient pour le regardeur une sensation colorée. Rendre sensible une sensation. « Il faut du recul, parfois plusieurs prises, pour retransmettre la sensation. » Et finalement bien sûr, cette présence, c’est celle du ressenti du peintre : « L’apport, c’est le regard ». Les images puisées dans la réalité sont transcendées par la sensibilité du peintre. « Le plus important, c’est le regard. »

Alors justement, quand un tableau est-il terminé ? « Une toile est terminée quand la sensation y est. » Il faut que cela fonctionne. « Que ça t’emporte ! Que ça t’entraîne ! » Sinon, cela rétrograde au statut de « tableau martyre ». La magie.

 Les personnages sont posés dans l’espace vibratoire. Vaporeux. Denses. Suspendus. Pesants. Flous. « Dissous dans la lumière. » Personnages sans visage identifiable, mais aux postures significatives. Le regardeur est libre. Libre de mettre le visage qu’il veut sur le corps. Le visage de son entourage. Intrusion inconsciente de l’intime.

 Mais simultanément on va vers l’universel : telle touriste devient une baigneuse, telle autre une odalisque.

 On pourrait croire qu’on regarde une représentation d’une plage comme d’autres représentations de plage, mais les yeux ne cessent de glisser avec plaisir à tel ou tel lieu du tableau, on prend du recul, on sourit, on revient observer un détail pour voir comment c’est fait, on est surpris, on est confondu de contentement, on s’en détache, et puis les yeux y reviennent… Il y a un réel plaisir à laisser vagabonder ses yeux à l’intérieur des tableaux de Philippe Bluzot.

 Philippe Bluzot représente la société des loisirs de notre temps, comme d’autres peintres ont représenté la société seigneuriale. Autre temps, autre mœurs. Mais dans le tableau matériel il ajoute cette vibration suspendue, ce voile de lumière, cette sensation colorée. C’est sa tendresse devant ces instants fugitifs de sérénité, et son désir d’installer dans la toile l’impalpable absolu : la sensation de bonheur.

 Philippe Bluzot, peintre du bonheur. En cela, il s’inscrit dans la lignée des Monet, Matisse. Regarder un tableau de Philippe Bluzot : un pur bonheur. Incroyable : allez raconter cela à votre voisin…

 Michel Cand

 

 

in BLUZOT, PLAGES philippe bluzot,plages,samagra

 Catalogue de l'exposition de peintures Plages de Philippe Bluzot.

Galerie Samagra, Paris, 2008

 


  

  


 ...Préface

 

Frédéric Vitiello est davantage connu comme guitariste, compositeur, michel cand,frederic vitiellomusicologue.

 Il est aussi poéte avec deux recueils : Nous sommes là, Edilivre, 2012, et Le promeneur bleuté suivi de Le souffle de l'exil, Allégorine, 2012.

 Voici la Préface que j'ai commise pour ce double recueil.

 
 

FRÉDÉRIC VITIELLO, UNE POÉSIE D'ASTRES ET DE POULES D'EAU

 

Ce qui touche dans la poésie de Frédéric Vitiello, c'est cette michel cand,frederic vitiellovéracité qui affleure continûment, c'est cette simplicité qui se dresse dans le paysage, c'est cette sensibilité qui s'imprègne de ce que l'on ne prend pas forcément le temps d'observer.

 Il nous convie au partage d'une vie d'homme ancrée dans un terroir. Une vie quotidienne, sans ostentation, faite de rues commerçantes et de tendresse, de brume et de bienveillance, de petit déjeuner et d'infini, de hangar et d'espoir, de poules d'eau et d'astres. Une authenticité.

 Il nous convie au partage d'un humanisme responsable, confiant en la force de la fraternité.

Il nous convie au partage de la puissance de la nature dans laquelle il aime à fondre son être, dans laquelle il laisse s'étendre délicatement ses racines et ses antennes.

 Entre la fin d'un monde pitoyable et le devenir radieux, il est une conscience qui est au monde en toute conscience.

Michel Cand

 

 

in LE PROMENOIR BLEUTE suivi de LE SOUFFLE DE L'EXILmichel cand,frederic vitiello

 de Frédéric Vitiello

 Editions Allégorine

 ISBN 978-2-7466-5083-1

 

 

 ...Postface

 

Pierre Clavilier a commis un nouvel ouvrage bilingue Espagnol / Français de poésie..michel cand,philippe bluzot,pierre clavilier,frederic vitiello,atelier de grenelle,catherine chantilly
Pierre Clavilier est l'auteur de : Palabras de fuego/Mots de feu, éditions El taller del poeta, poésie bilingue, 2012 ; Frida Kahlo, les ailes froissées, éditions du Jasmin, 2006 ; La Course contre la Honte : l'histoire de l'abolition de la peine de mort, éditions Tribord, 2006 ; De vent et de pierres, éditions Bérénice (poésie), 2005 ; Un siècle d'Humanité (1904-2004), Le cherche midi éditeur, 2004. Et en langue espagnole : El rey del país de Nishadhas, Linares editores, Mexico, 2004. Le blog Pierre Clavilier présente son oeuvre. Les blogs Frida Kahlo et Pablo Neruda présentent d'autres facettes de ses activités littéraires, celles d'un biographe passionné.

La petite histoire de cette postface est que Pierre Clavilier m'a fait l'honneur de me la demander après que je lui ai demandé d'écrire la préface de mon livre Lapidaire : de la sculpture, vite ! Or, si sa préface et ma postface se ressemblent quelque peu, c'est que je me suis amusé à m'inspirer d'elle pour écrire la mienne. Du pur plagiat. En toute amitié et en guise d'hommage... même si ma postface est parue avant sa préface, ce qui semblerait induire que c'est lui qui se serait inspiré de la mienne... Encore un jeu littéraire !...

 

 

PIERRE DE FUEGOScan mots de feu.jpg

On savait Pierre Clavilier historien scrupuleux et méticuleux, sachant grâce à son intuition rendre signifiant les détails inexplorés afin de révéler des vérités nouvelles.

On savait Pierre Clavilier narrateur hors pair, sachant amener le livre d'Histoire au rang de roman que le lecteur ne peut lâcher tant qu'il n'a pas atteint la dernière ligne.

On savait Pierre Clavilier animateur considérable de la scène littéraire numérique à travers les blogs et les réseaux sociaux, sachant entretenir avec l'internaute des dialogues sans fin.

On savait Pierre Clavilier poète lyrique dans son recueil De pierres et de vent, au souffle puissant et au ton lumineux, qui, selon le mot de Maïakovski, " sait la force des mots ".

On savait Pierre Clavilier parfaitement bilingue Français-Espagnol, traducteur subtil, Scan PALABRAS.jpget par conséquent passeur essentiel, aussi sûrement d'une langue vers l'autre que de l'autre vers l'une.

On ne savait pas encore et on découvre à présent dans Mots de feu / Palabras de fuego un Pierre Clavilier, poète délicat de l'amour attentif à la femme terre et ciel, à la femme de tissus et de sensibilité.

On ne savait pas encore et on découvre l'homme Pierre Clavilier, amoureux tendre et charnel, mystique et érotique, passionné et néanmoins soucieux d'équilibre.

Mots de feu / Palabras de fuego est une déclaration d'amour à l'amour physique et spirituel, sensuel et total, une déclaration d'amour à la femme unique et indubitable, à la vie à la mort.

Comme chaque femme rêve secrètement d'en recevoir une...

Michel Cand

 

 

 

in PALABRAS DE FUEGO / MOTS DE FEU, poésie, de Pierre Clavilier

bilingue Espagnol / Français

El taller del poeta, Pontevedra, Espagne, 2012

INBN 978-84-15144-78-6

 

 

 

 ...Quatrième de couverture

 

Une quatrième de couverture, c'est un exercice de style. Un édiditeur la demande, via son directeur de collection. C'est un genre de fiche de lecture, mais dont les enjeux sont clairement définis. Il s'agit d'être tout à la fois honnête, concis, tentateur.

Pour Le bruit de mon sang, que l'éditeur qualifie de Chroniques intimes en première de couverture et de Premier roman en quatrième de couverture, de Catherine Chantilly, qui est tout à la fois écrivaine, performeuse, peintre, cinéaste.
Voici cette quatrième de couverture, parue en 2009.


 

LE BRUIT DE MON SANG, de Catherine Chantilly

Le bruit de mon sang nous plonge dans l'intimité d'une femme Catherine-Chantilly.jpgd'aujourd'hui.

Ses incertitudes, ses terreurs, ses bonheurs, ses lassitudes, ses émotions, ses indulgences, ses défaites, ses folies. Son corps, son couple, son enfant. Le temps qui passe, la routine, la résonnance de l'enfance.

Cette générosité du dévoilement n'empêchent pas les travestissements, révélateurs, les rêves, frémissants, l'autodérision, touchante.

Fine écriture poétique, avec l'amour en filigrane.

Michel Cand

 

 

in LE BRUIT DE MON SANGcath chantilly.jpg

de Catherine Chantilly

Chroniques intimes

Les éditions incognito, 2009

ISBN 9-782953-354515

 

31.07.2011

5 articles à propos de LAPIDAIRE : de la sculpture, vite !

...Essai sur la sculpture

LAPIDAIRE : de la sculpture, vite ! de Michel Candcand,michel cand,poesie,poeme,ecriture,cosmologie interne,psoriasis de l'eternite,philippe bluzot,pierre clavilier,editions rafael de surtis

Préface de Pierre Clavilier

Photo de couverture de Jean-Pierre Royer

Essai sur la sculpture, 189 chapitres, 280 pages

Editions Rafael de Surtis, 2012

ISBN 978-2-84672-308-4

 

 

...Quatrième de couverture

D'après les dictionnaires, un LAPIDAIRE est un tailleur de pierre. L'auteur est cand,michel cand,poesie,poeme,ecriture,cosmologie interne,psoriasis de l'eternite,philippe bluzot,pierre clavilier,editions rafael de surtisaussi sculpteur de pierre. Un LAPIDAIRE est également une collection d'inscriptions sur pierre. De même ce livre rassemble des écrits sur la sculpture. LAPIDAIRE est aussi le style concis des inscriptions. Pareillement ces 189 chapitres sont concis, et donc denses, et néanmoins non dénués d'humour.

LAPIDAIRE : de la sculpture, vite ! répond à un vide éditorial : il existe si peu d'ouvrages sur la sculpture, hormis les livres d'images. " Loin d'être la sculpture pour les nuls, l'oeuvre que nous propose Michel Cand est une encyclopédie sur cet art majeur, mais une encyclodédie qui, loin de nous ennuyer, atteste l'historien Pierre Clavilier, nous divertit et se laisse consommer sans modération."

 

 

...Note de SYLVAIN MONCEAU

Sylvain Monceau, lecteur averti, a écrit une Note de lecture qui est une belle synthèse, parue dans Escapage, Bibliothèque de Plaisir, 15 mars 2016.

Un essai poétique consacré à l’art de la sculpture. En 189 fragments, il propose un tour d’horizon de cet art et de sa pratique à travers le temps et l’espace, s’arrêtant sur certaines œuvres, d’une statuette taillée dans l’Antiquité égyptienne à la Vierge noire du Puy-en-Velay en passant par le gisant de Victor noir au Père Lachaise.

Avis du lecteur : Michel CAND est sculpteur. Dans ce livre construit comme une encyclopédie, il rassemble des écrits denses et précis sur la sculpture. Il aborde des axes très variés: les femmes, les divinités, le socle... avec une petite note humoristique à chaque fois. On s’aperçoit qu'il y a des sculptures partout, des plus petites aux plus grandes, et que les sculpteurs sont le plus souvent masculins.

Sylvain Monceau

 

...Article de REGIS BOYER

Rémi Boyer est l'auteur d'une vingtaine d'essais, dont certains ont été traduits en plusieurs langues, de nouvelles, de contes, de poésies. Le site Rémi Boyer présente son oeuvre.

L'article suivant a été publié dans Incoherism...

 

SCULPTURE : MICHEL CAND

Lapidaire. De la sculpture, vite ! de Michel Cand, Éditions Rafael de Surtis

 

Michel Cand, sculpteur et poète, nous propose un voyage 7a1a30208eea400164f95cff8d5f13a4-bpfull.jpgparticulièrement singulier dans la pensée et l’art. Son essai, très original, par son propos et sa structure, commence par un cri. Il s’insurge, non sans raison, sur l’absence de Muse attribuée à la sculpture.

 

« J’aurais aimé pouvoir imaginer qu’un être fabuleux, gracieux et féminin, le corps sculptural à peine voilé, se pencherait, invisible, tout contre mon oreille, me dictant amoureusement son intuition, m’insufflant délicieusement l’inspiration, guidant doucement ma main, m’indiquant délicatement ma voie.

 

J’aurais alors pu me sentir, à l’égal des prêtres des temps révolus, l’intermédiaire nécessaire entre les dieux olympiens et les hommes ovariens, afin d’apporter à ceux-ci un peu de la lumière d’en haut. »

 

Tout le livre est une célébration de cette muse absente qui, en creux, prend forme sous nos yeux à partir de la matière des mots et des idées. Michel Cand lui rend non seulement hommage, à cette grande invisible, mais lui donne forme et vie en l’habillant de mille regards.

 

Il cherche d’abord à répondre à une interrogation. « Comment se fait-il que chaque peuple de par le monde, à sa façon, ait eu la nécessité de faire des sculptures ? D’une manière ou d’une autre. » Et de préciser sa question initiale : « Comment se fait-il que chaque peuple de par le monde, à sa façon, ait eu la nécessité d’inventer sa sorte de sculpture ? Mais qu’est-ce la sculpture ? Inscrire le présent dans l’espace ? Inscrire la présence dans l’impersonnel ? Inscrire le mystère dans le réel ? Inscrire l’éphémère dans le temps ? Inscrire l’idée dans la matière ? Pourquoi ? Surtout pourquoi tant d’efforts et de sueur ? »

 

Michel Cand nous conduit à renouer avec un art du questionnement, du questionnement des évidences, habitudes et autres particularités devenues insignifiantes à notre attention émoussée. Déjà, il identifie une quatrième dimension à la sculpture, une dimension qui fait art, qui fait l’invention. Il y a de la transcendance parfois dans ses propos mais toujours une distance, un besoin de se garder, de se préserver. L’humour y contribue bien sûr, l’érudition également. Au fil des mots, le lecteur entre dans une galerie de chroniques de la vie non-ordinaire. Ici un golem, là une Vierge-Marie, ailleurs une putain de sable saharien sculptée par Dieu et le vent, et cette saleté de question de l’interprétation qui falsifie la rencontre. Et un art du détournement, de la dérision, du contre-pied qui pointe du doigt, souligne, rappelle, relance, provoque…

 

« Quoique ! Cette sculpture discrète sur le portique de l’église de L’Isle-Adam… Une femme nue assise devant un homme nu, en train de lui faire une fellation…

 

Ouf ! La chrétienté n’est pas si faux-cul que cela.

 

Officiellement, c’est ne pas oublier que les prostituées… je veux dire les ribaudes… ont une âme elles aussi, et qui a le droit d’aller, non seulement au septième ciel, mais aussi au ciel !

 

Bon, finalement, si les ribaudes, voies du salut divin au Rajasthan, même si elles ne sont pas en odeur de sainteté en occident, ont officiellement une âme, et si elles sont reconnues, et par conséquent autorisées par l’Eglise elle-même, je vais peut-être aller… euh… acheter du pain. »

 

Le lecteur ne sort pas indemne de cette traversée. Il en sort différent. Des statues croisées quotidiennement et jusqu’alors ignorées se mettent à le saluer. Des assemblages métalliques prennent chair. Le monde devient soudainement davantage peuplé…

Editions Rafael de Surtis, 7 rue Saint-Michel, 81170 Cordes sur Ciel, France.

 

Régis Boyer

 

 

...Article de LIONEL LABOSSE 

Lionel Labosse est écrivain, éditeur, pédagogue, professeur, blogueur.rémi boyer,lionel labosse,lapidaire,lapidaire : de la sculpture,michel cand,pierre clavilier,cand,sculpture,essai sur la sculpture Il est l'auteur de L'année de l'orientation, 2003 ; Altersexualité, Education et Censure, 2005 ; Karim & Julien, 2007 ; livres parus aux éditions Publibook. Il a créé les éditions A Poil, où il a notamment publié l'excellent Le mariage de Bertrand d'Essobal Lenoir, 2010, et son incontournable essai Le contrat universel : au-delà du " mariage gay ", 2012

Il a publié le long article qui suit sur son blog très fourni Altersexualité dans lequel on trouve littérature, critique, pédagogie, philosophie, voyages, etc.

 

TOUT SAVOIR SUR LA SCULPTURE, EN MOTS CISELES

Lapidaire, de la sculpture, vite !, de Michel Cand

Rafael de Surtis, 2012, 282 p., 20 €

vendredi 30 décembre 2011, par Lionel Labosse

Lapidaire, Michel Cand l’est depuis toujours, poète parcimonieux comme le prouvent ses précédents recueils, et sculpteur notamment sur pierre. C’est quand il l’est le moins que, facétieux, il intitule son livre Lapidaire ! C’est que le sens premier de ce substantif était un traité sur les pierres précieuses et leurs propriétés, ce qu’est précisément Lapidaire. Quant au sens adjectif, il provient des inscriptions lapidaires, gravées sur la pierre au ciseau, et pour cette raison soucieuses de concision (dans concis, il y a ciseau) et d’abréviations. Titre bien choisi, car en dépit de la dimension peu Candienne de l’opus, ce pavé brille d’à peu près autant de chapitres qu’il y a de pages. Chapitres ? Autant dire cristaux, car l’esprit brille en chacun d’un feu unique. De l’essai kantien au dialogue maïeutique, du poème en prose à la saynète, du récit au conte en passant par la page de carnet de voyage, car les sculptures croisées dans ce livre proviennent du monde entier. Puisse cet essai contribuer à faire mentir son auteur : « Demande au premier passant venu le nom de dix peintres, ou de dix écrivains, ou de dix musiciens, il les citera aisément. Mais dix noms de sculpteurs ? Jamais. » (« Signature 2 »)... Lire la suite

Lionel LABOSSE

 

 

...Préface de PIERRE CLAVILIER pour LAPIDAIRE

Historien et poète, Pierre Clavilier est l'auteur de : Palabras de fuego/Mots de feu, éditions El taller del poeta, poésie bilingue, 2012 ; Frida Kahlo, les ailes froissées, éditions du Jasmin, 2006 ; La Course contre la Honte : l'histoire de l'abolition de la peine de mort, éditions Tribord, 2006 ; De vent et de pierres, éditions Bérénice, poésie, 2005 ; Un siècle d'Humanité (1904-2004), éditions Le cherche midi, 2004. Et en langue espagnole : El rey del país de Nishadhas, Linares editores, Mexico, 2004. Le blog Pierre Clavilier présente son oeuvre. Les blogs Frida Kahlo et Pablo Neruda présentent d'autres facettes de ses activités littéraires, celles d'un biographe passionné.

 

PREFACE

Pour avoir vu ses œuvres régulièrement exposées enpierre clavilier,cosmologie interne,michel cand galerie ou bien au sein de manifestations de plein air, on savait déjà Michel Cand sculpteur. Pour avoir lu ses précédents ouvrages, on le savait poète. Le voici désormais qui s’essaie à l’essai. Mais où s’arrêtera-t-il donc ? aurait-on tendance à se demander en découvrant cette nouvelle facette. Pourtant, à la seule lecture de Lapidaire, on arrête de se poser la question. Mieux ! En achevant ce nouvel opus, il nous vient simplement l’envie de dire « Encore Monsieur Cand » et, dans un de ces jeux de mots qu’il affectionne particulièrement, « À Cand le prochain ? »

Essai transformé pour prendre une métaphore rugbystique, un sport qui lui ressemble bien ! Non pas dans sa brutalité apparente, ni même dans ses troisièmes mi-temps arrosées plus que de raison, mais dans sa philosophie. Comment ça, il y aurait de la philosophie dans un sport maintenant ? Pas dans tous, certes, je le reconnais bien volontiers, mais dans le rugby j’ose l’affirmer : toujours passer le ballon en arrière pour aller devant. Car Michel Cand est l’un de ces hommes qui, lorsqu’ils se consacrent à une activité, ou s’intéressent à un domaine particulier, partent à la recherche d’informations complètes tant sur ses origines que sur son actualité. Lapidaire, à cet égard, en est un magnifique exemple. Mais ce livre présente aussi des réflexions de son auteur, des connaissances, qu'il souhaite partager avec ses lecteurs.

De Michel Cand, j’affirmerai qu’il est un chercheur de mots comme d’autres furent autrefois chercheurs d’or. Dans cet essai, à la fois sérieux et plein d’humour, il va chercher et trouver le mot juste pour le placer au côté des autres auxquels il s’imbrique parfaitement. Exactement comme les tailleurs de pierres des cathédrales du moyen âge, qui façonnaient leur objet afin qu’il puisse s’imbriquer avec ceux qui l’entouraient. Architecte de l’écrit, Cand mesure la portée exacte des termes qu’il emploie avant de le déposer sur la feuille.

Mais n’est-il pas poète et grand lecteur ? Si, bien sûr ! Cela se devine à la lecture de cet essai dont la rédaction et la forme sortent des normes. En effet cet essai semble régi par des lois bien particulières que l’auteur s’est lui-même fixées. Mais peut-être ce dernier est-il aussi possédé par les mots et se met à leur service lorsqu’il est poète, et s’en sert merveilleusement quand il devient essayiste. La langue est pure, sans fioriture. Nous sommes en présence d’un texte où abonde la sagesse d’un homme qui a pris le temps de connaître et d'analyser l'art de la sculpture à laquelle il s’adonne et cette vertu est soutenue par la force et la beauté. Certains passages sont de la pure poésie, d’autres prêtent à sourire et rire, d’autres encore allient les deux : « L’océan est un sacré sculpteur. » Cette phrase ne répond-t-elle pas à celle d’un autre grand sculpteur, Auguste Rodin qui affirmait pour sa part : « Il n’y a point de recette pour embellir la nature. Il ne s’agit que de voir ».

Outre à une réflexion autour de la sculpture, c’est à un voyage multiple auquel Michel Cand convie son lecteur. Un voyage dans le temps, tout d’abord, « Au Puy-en-Velay, l’un des points de départ du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, on adora dévotement pendant sept siècles une Vierge noire... » puis de nous expliquer l’histoire de cette statuette taillée dans l’antiquité égyptienne puis déguisée en madone et vénérée comme telle par des milliers et milliers de pèlerins. Il y a aussi ce passage sur le gisant de Victor Noir que de nombreuses visiteuses admirent de très près au Père Lachaise…

Mais, ce texte est aussi un voyage à travers les pays qu’il a visités : « On rejoint le largissime Mékong par des avenues goudronnées... » Et bien sûr un voyage intérieur, comme une longue introspection silencieuse d’où jaillirait sa propre lumière. D’ailleurs avec une dose d’ironie l’auteur se met lui-même en scène : « Vous avez sans doute raison, Monsieur Cand... » Autre trait d’ironie cinglante : « Quel est l’intérêt d’avoir une sculpture chez soi ? Une sculpture, c’est très lourd. Quelle galère d’en installer une chez soi. »

Dans ce livre où Michel Cand se livre sans fard, un peu comme pierre clavilier,cosmologie interne,michel candune pierre brute qu’il faut prendre ou laisser, le lecteur se sent proche de l’auteur et sa lecture lui donne l’impression qu’il s’adresse à lui comme s’il se trouvait tout juste à ses côtés. L’écriture fragmentaire de Lapidaire renforce cette formidable sensation d’une conversation particulière, intime même. Sans aucun doute on se sent grandi et privilégié de pouvoir être témoin de toutes ses réflexions qui nous éclairent et nous rendent, au fur et à mesure de notre lecture, moins sot. C’est normal, loin d’être La sculpture pour les nuls, l’œuvre que nous propose Michel Cand est une encyclopédie sur cet art majeur, mais une encyclopédie qui, loin de nous ennuyer, nous divertit et se laisse consommer sans modération.

Je vous laisse le constater par vous-même…

Pierre Clavilier

 

25.06.2011

LECTURES

Chacune des publications de Michel Cand donne lieu à des présentations publiques, sous la forme de Lectures musicales.


...Vidéos

 PSORIASIS DE L'ETERNITE : EVACUATION, de Michel Cand

Dit par Gwladys Bricout et Dominique Gabriel Nourry, avec la Flûte de Jean-Pierre Royer, discussion animé par Pierre Clavilier, à la Galerie THANAKRA, Paris 7ème, le 6 octobre 2011...

 

 

PSORIASIS DE L'ETERNITE : ELEVATION, de Michel Cand

Dit par l'auteur et la flûte de Jean-Pierre Royer, à la Galerie THANAKRA, Paris 7ème, le 17 novembre 2010...



...Participation aux Festivlals

FESTIVAL INTERNATIONAL DE POESIE ACTUELLE DE CORDES SUR CIELlecture musicale,terres secretes,galerie lehalle,galerie thanakra,jean-pierre royer,gwladys bricout,dominique gabriel nourry,pierre clavilier,magali turquin,michel cand,lecture poetique

Présentation de LAPIDAIRE : de la sculpture, vite !

5ème festival, organisé par la Maison des Surréalistes

11 juillet 2012

Médiathèque du pays cordais

Cordes sur Ciel, Tarn



FESTIVAL DE LA PAROLE POETIQUElecture musicale,terres secretes,galerie lehalle,galerie thanakra,jean-pierre royer,gwladys bricout,dominique gabriel nourry,pierre clavilier,magali turquin,michel cand,lecture poetique DE QUIMPERLE

Lecture-présentation de PSORIASIS DE L'ETERNITE

7ème Festival de la Parole Poétique, communauté de communes du Pays de Quimperlé, Bretagne

9, 10, 11 mars 2012

Médiathèque de Quimperlé ; Espace Mélanie de Riec-sur-Bélon ; Chapelle Saint Jacques de Clohars Carnoët


 

 

FESTIVAL INTERNATIONAL DE POESIE ACTUELLE DE CORDES SUR CIELlecture musicale,terres secretes,galerie lehalle,galerie thanakra,jean-pierre royer,gwladys bricout,dominique gabriel nourry,pierre clavilier,magali turquin,michel cand,lecture poetique

Lecture-présentation de PSORIASIS DE L'ETERNITE

4ème festival, organisé par la Maison des Surréalistes

12 - 13 juillet 2011

Médiathèque du pays cordais

Cordes sur Ciel, Tarn



...Lectures musicales et poétiques

LIEUX

Les présentations publiques de chacun des livres ont lieu dans de bellesDSCN9714.JPG galeries parisiennes, qui allient tout à la fois la qualité artistique et la convivialité :

La Galerie Lehalle, 3 rue Augereau, 75007 Paris, où la chaleureuse Pascale Courbot, artiste peintre, commissaire d'exposition, professeur d'art plastique, galeriste, présente des oeuvres contemporaines d'artistes vivants du monde entier.

La Galerie Thanakra, 170 bis rue de Grenelle, 75007 Paris, où le sympathique Henri Crouzet présente et commente d'étonnants tapis tribaux berbères de l'Atlas marocain, mais également divers objets culturels venus de toute l'Afrique.

 

 

TERRES SECRETES

Ces Lectures musicales sont effectuées par un groupe à géométrie variable, lecture musicale,terres secretes,galerie lehalle,galerie thanakra,jean-pierre royer,gwladys bricout,dominique gabriel nourry,pierre clavilier,magali turquin,michel cand,lecture poetiqueTerres secrètes.

Ce groupe est composé d'artistes amoureux des mots, de la poésie, de la musique, de la transmission :

Jean-Pierre Royer, flûtiste et compositeur, mais aussi photographe et chroniqueur dans Cityflaneur.

Gwladys Bricout, philosophe.

Magali Turquin, auteure de littérature jeunesse, poétesse, peintre et blogueuse.

Pierre Clavilier, historien, poète, essayiste et blogueur.

Dominique Gabriel Nourry, poète, comédien, critique et blogueur.

Et Michel Cand...

 

 

ANIMATIONS POETIQUES

Ce groupe Terres secrètes donne avec enthousiasme des lectures musicales à DSCN0823.JPGdiverses occasions, événement artistique, manifestation culturelle, salon du livre, vernissage, etc.

Par exemple, le 21 mai 2011, dans la halle Flachat d'Asnières-sur-Seine, Hauts-de-Seine, à l'occasion de la manifestation artistique Portes Ouvertes des Ateliers d'Artistes d'Asnières.

Ou encore le 22 mai 2011 à la Galerie Médiart, 109 rue Qincampoix, Paris, dans l'exposition Paysage linéaire, à l'occasion de l'événement artistique du 3ème arrondissement, Nomades.

Ou encore le 14 février 2012 à la Galerie Peinture Fraîche, 29 rue de Bourgogne, Paris, lors de l'exposition de sculptures de Michel Cand et de peintures de Françoise Bertsch et Christine Walhain.

Terres secrètes intervient avec des textes de ses propres auteurs, et s'adapte avec délice au thème de l'événement.

Terres secrètes intervient aussi avec des textes de classiques de la poésie.

 

(Voir album)